Skip to main content

Social Media Sharing

9 décembre 2016

AVIS DE PRESSE - L'essor grandissant des mouvements des droits humains en Afrique de l'Ouest

Depuis plus de deux décennies, un mouvement des droits humains se forme à petits pas et discrètement au sein de communautés rurales ouest africaines. Ce mouvement vient d'atteindre sa vitesse de croisière et se rapproche rapidement de la masse critique.

En décembre 2016, plus de 300 communautés de quatre pays d'Afrique de l'Ouest se rassembleront pour déclarer publiquement l'abandon de pratiques traditionnelles néfastes anciennes, y compris la pratique millénaire de l'excision et les mariages précoces/forcés. C'est la première fois que de nombreuses déclarations se produisent simultanément dans plusieurs pays, ce qui souligne l'impact croissant d'une région. Le monde doit prêter attention à ce changement général qui se produit au même moment où les formes de leadership œuvrant pour la paix mondiale et la sécurité communautaire démontrent un moyen d'aller de l'avant en Afrique de l'Ouest et au-delà.

Les déclarations publiques sont l'occasion pour de multiples communautés de se rassembler dans un site communautaire d'accueil et de faire une déclaration publique en faveur de l'abandon de l'excision et du mariage précoce/forcé; le caractère public et collectif de ces abandons garantit que nul ne sera mis à l'écart pour avoir décidé de ne pas s'engager dans la pratique. Ces déclarations incluent souvent des discours des autorités locales, des représentants du gouvernement et des partenaires communautaires, des sketches et des danses exécutés par des membres de la communauté, et généralement la lecture d'une déclaration écrite.

Ces déclarations publiques sur les droits humains auront lieu en décembre. Chacune d'entre elles est l'occasion de présenter des solutions pacifiques à des problèmes sociaux apparemment insolubles en habilitant les leaders locaux. Ces déclarations porteront le nombre total de communautés ayant déclaré l'abandon des pratiques traditionnelles néfastes à plus de 8 000. Cela signifie que plus de 3 millions de personnes dans huit pays différents vivront maintenant dans une communauté ayant mis un terme à ces pratiques – et ayant pris position pour les droits humains de chaque individu.

  • Guinée, 27-28 décembre
  • Guinée-Bissau, 6, 13 et 20 décembre
  • Mali, 21 décembre
  • Mauritanie, 20 décembre

Guinée: Des progrès incroyables ont été réalisés dans ce pays « post-Ébola » où, parmi les 108 communautés qui seront représentées à la déclaration, moins de la moitié ont directement participé au programme de Tostan; Les autres ont rejoint le mouvement à la suite de la sensibilisation et du dialogue initiés par les communautés participantes elles-mêmes.

Mali: Selon un responsable communautaire au Mali: «Les jeunes ont joué un rôle de premier plan dans le processus, tout comme les femmes. Le leader jeune...savait comment présenter les idées et les mots dont nous avions besoin pour convaincre les dirigeants de se joindre au mouvement social déjà en cours. Oumou Coulibaly, présidente du groupe des femmes, et Mariam Diarra, membre influente de la communauté ... ainsi que la femme de l'Imam du village, a su partager avec tact les efforts de sensibilisation auprès de son mari ... [Et] Imam Oumar Traoré, réputé pour sa foi, a grandement contribué à convaincre le chef du village à abandonner ces pratiques." Toutes ces voix puissantes seront présentes à la déclaration en décembre.

Chaque communauté participant aux déclarations a rédigé ou est en train de rédiger une lettre aux autorités locales pour confirmer leur engagement à abandonner ces pratiques.

Et pourtant, ces déclarations publiques ne constituent qu'une partie d'une histoire plus vaste et inédite qui se déroule actuellement dans une région trop souvent associée à des difficultés ou à des conflits. Il s'agit d'une histoire de transformation sociétale et de résilience communautaire; une histoire dans laquelle le mouvement d'abandon de traditions telles que l'excision n'est qu'un facteur parmi tant d'autres d'un changement radical dans la façon dont les femmes et les filles sont traitées dans des domaines traditionnellement très conservateurs. L'accès accru à l'éducation pour les filles en est un résultat majeur: grâce à l'engagement d'abandonner l'excision et le mariage précoce/forcé, les filles sont susceptibles de rester à l'école plus longtemps.

Tostan - un organisme à but non lucratif basé à Dakar, au Sénégal et opérant actuellement dans six pays - offre un programme éducatif holistique axé sur les droits humains qui a contribué pendant 25 ans au renforcement de cette capacité locale pour aborder des problèmes complexes, sensibles, et transversaux. Au cours de cette période nous avons perçu des résultats dans de nombreux domaines, y compris, sans s'y limiter:

  1. Dans l'émancipation des femmes: plus de 20 000 femmes ont été choisies pour occuper des postes de leadership dans la communauté et un nombre croissant d'entre elles deviennent des représentantes élues – certaines se présentant même à la mairie;

  2. Dans la paix et à la sécurité: 1 500 conflits locaux ont été résolus, souvent avec des femmes et des jeunes à la tête du processus et contribuant à la solution;

  3. Dans  la gouvernance: plus de 100 000 personnes ont acquis des connaissances sur la démocratie et la façon de rendre la prise de décision équitable;

  4. Dans le domaine de l'éducation: plus de 40 000 personnes, la plupart étant des femmes, ont amélioré leurs compétences en lecture grâce à notre formation innovante sur les téléphones mobiles – et les autres outils similaires.

Tostan s'est rendu compte de toutes les possibilités qui se présentent lorsqu'on arrive à déclencher la plus grande ressource disponible pour les communautés: la créativité et les solutions formées par les gens eux-mêmes. À la suite d'une approche collective du développement mené par la communauté, les membres de la communauté envisagent et créent leurs propres chemins pour sortir de la misère et construire un avenir meilleur pour eux-mêmes et leurs enfants.


Pour plus d'information, veuillez contacter:

Joya Taft-Dick, directrice intérimaire des Communications, Tostan

Courriel: joyatd@tostan.org / Téléphone (Etats-Unis): 802 299 8473

Pour en savoir plus sur Tostan, visitez: www.tostan.org

L'année dernière, Tostan a reçu le Prix spécial du jury en philanthropie individuelle de la Fondation BNP Paribas, ainsi que le Prix Thomas J. Dodd en justice internationale et droits humains. Tostan a également reçu le Prix humanitaire Conrad N. Hilton (2007), le Prix d'alphabétisation King Sejong de l'UNESCO (2007), le Prix Skoll pour l'entrepreneuriat social (2010) et le Prix suédois Anna Lindh pour les droits humains (2005). Tostan a été présenté en 2009 dans l'ouvrage La moitié du ciel: Transformer l'oppression en opportunité pour les femmes dans le monde, par les gagnants du prix Pulitzer Nicholas D. Kristof et Sheryl WuDunn, et a été nommé une des 100 meilleures ONG par The Global Journal en 2012, 2013 et 2016.

Le travail de Tostan a été évalué positivement ou cité comme pratique exemplaire par de nombreuses organisations et universitaires, y compris sans s'y limiter: Le Centre international de recherche sur les femmes, l'Université de Stanford, le Gouvernement du Sénégal, le Centre de recherche Innocenti de l'UNICEF, le Population Council, le Center for Global Development et autres.

 

Search Form

Search form